Z ZOOM SUR

Rediger Un Business Plan A La Place D'Un C.V : Albert Muteba Nous Parle De Sro

, ZOOM SUR

L'Eco-entrepreneuriat ça vous dit quelque chose? il s'agit de l'entrepreneuriat qui vise à créer des entreprises en exploitant le filon écologique. Il s'agit ici d'allier le monde des affaires (guidé par des objectifs de rentabilité)  au discours écologique, traduisant l’inquiétude de l’opinion publique quant au sort réservé à notre terre.

Certes, face à l'incapacité des États africains à gérer les déchets en milieu urbain, plusieurs initiatives privées ont vues le jour dans certaines grandes villes. En effet, là où certains ne voient que tas d'  immondices et d'ordures; d'autres voient opportunités d'affaire et "or dur". C'est le cas de Albert MUTEBA, un jeune entrepreneur congolais de 26 ans qui a décidé de se lancer dans l'entrepreneuriat vert dans la ville de Lubumbashi.

Plusieurs familles ne sachant pas exactement où mettre leurs déchets domestiques, se sentent comme obligées soit de les bruler, soit de les jeter dans les égouts ou dans les rues par manque de système de prise en charge bien orienté. Albert MUTEBA  a ressenti le besoin de changer cet état des choses en mettant en place  le  "Service de Ramassage d’Ordure "(SRO).

Alors qu'il participe à un concours entrepreneurial local (CongoBiashara) Julisha est allé à sa rencontre.

Julisha :Pouvez-vous nous parler brièvement de vous, de votre parcours et des principales étapes de votre vie qui vous ont conduit à devenir entrepreneur?

Albert MUTEBA : Je m'appelle Albert MUTEBA.  Je suis un jeune entrepreneur de 26 ans, dirigeant une entreprise œuvrant dans l’environnement.  Je suis ingénieur  informaticien  de formation, malheureusement cette compétence ne me sert que rarement dans ma profession. Ma passion des affaires s’est manifesté  à l’âge de 15-16ans et à 23ans j'ai décidé d’oser.

Julisha :  Quelles sont les raisons qui vous ont poussées à lancer le "Service de Ramassage d’Ordure" (SRO)?

Albert M. : L’idée est venue de l’environnement crasseux qui me déplaisait: des odeurs nauséabondes, des eaux et caniveaux remplis des bouteilles plastiques, etc. J’ai voulu agir pour pallier à ce problème et vu que j’étais aussi à la recherche d’un emploi,  j’ai commencé à rédiger mon business plan au lieu de mon CV.

Julisha : Parlez nous de SRO ?

Albert M. : Nous avons lancé le Service de ramassage d’ordure officiellement en février 2017. Nous sommes un service qui œuvre dans l’environnement.  Actuellement, nous avons pu obtenir la stabilité et nous servons au moins 45 clients une fois la semaine et nous espérons atteindre 100 clients minimum d’ici fin 2018. Notre équipe est constituée de 2 marqueteurs, 3 ripeurs, 1 trésorier, 1 chauffeur et moi le porteur de projet.

Nous pensions atteindre des revenus plus élevés dès les six premiers mois mais cela n’a pas été le cas, avec les différentes difficultés que nous avons pu rencontrer .

Julisha : Quelles sont les principales difficultés  et les problèmes que vous rencontrez au quotidien ?  

Albert M. : Henry Ford, Steve Jobs, etc. ont fait face à des problèmes lors du lancement de leurs produits. On retrouve les difficultés  partout au monde,  toutefois, l' enthousiasme déclenche, en nous, les moyens nécessaires pour y faire face. Nous sommes impliqués, avec nos clients, dans l’inculcation et la pérennisation des nouvelles attitudes face aux déchets ce qui n’est pas simple (Je vois certaines personnes jeter les ordures à même le sol alors qu'il y'a poubelle à côté). La gestion et le tri des déchets est un défi majeur et nous cconcernent tous. Aussi, Il faut gérer et contrôler, au quotidien, les tâches accomplies et  non accomplies, motiver l’équipe pour plus de croissance de l’entreprise, et porter ce « bébé » pour qu’il soit un grand homme. De septembre à Décembre 2017, une grande peur se manifesta en moi. J’avais un choix à faire:  soit abandonner en étant lâche, qui fort heureusement n’est pas le cas, soit persévérer dans la recherche des idées pour trouver une solution.

Julisha : Quelles sont vos attentes, ambitions et perspectives d’avenir ?

Albert M. : Mon ambition première est la création d'emplois. J'aimerai, qu'avec SRO les métiers dits "sales" (éboueurs, égoutier , etc.) Soient valorisés car c'est eux qui contribuent à la  propreté.   Quant aux perspectives, nous avons un calendrier de lancement dans les villes du pays telles que : Kolwezi, Kinshasa, Likasi, etc. Parce qu’il faut protéger notre planète (c’est le seul endroit où les humains peuvent vivre), j'ambitionne de mettre en place un système qui servira sur l’étendue du pays: une chaine logistique capable de ramener tous les  types des déchets à l’endroit qu’il faut et, le cas échéant, arriver à les valoriser. 

Il a décidé d'agir car il ne supportait pas l'insalubrité dans son milieu. Parce qu'il a décidé d'agir, il contribue non seulement  à  l'amélioration du système de gestion des déchets dans sa ville mais aussi il crée de l'emploi pour lui et pour d'autres. Voilà à quoi sont appelés les entrepreneurs: Impacter la société. 

Commentaires

Laisser un commentaire

Se connécter pour commenter

Commentaires Récent

"Bien dit!"

comment
Lionel 4 mois, 1 semaine,

"comment integre le groupe de t"

comment
kalombo 4 mois, 3 semaines,

"C'est une première en Rdc et f"

comment
andy 6 mois, 1 semaine,

Petites Annonces

Search