Z ZOOM SUR

Ces Startups De La Rdc Presentes A Vivatech 2018: Eteyelo Sarl Porte L'Étendard

, ZOOM SUR

Vivatech est un événement annuel organisé  en France, qui réunit tous ceux qui s'intéressent à  l'innovation, aux startups et à la transformation digitale dans le monde entier. Tous les secteurs d'activité sont présents : fintech, santé, transports etc. Cette année, le salon de l'innovation a rassemblé 100.500 visiteurs  du 24 mai au 26 mai.  Parmi les 125 nationalités différentes, les 300 conférenciers, les personnalités politiques tel que Emanuel  Macron ou encore Paul KAGAME, en passant par Marck Zukerberg et les  9.000 startups ayant répondues  au rendez-vous. On a pu compter également un stand occupé par une start up de la RDC, à savoir ETEYELO SARL.Ety

Représentée  à Viva Tech par Christian Lomasa son Responsable de Marketing, Eteyelo Services SARL est spécialisée dans la conception, la création et l'industrialisation d'outils digitaux pour l'éducation.  Julisha revient sur le parcours de cette entreprise et sur les circonstances de sa participation à ce rendez vous mondial de l'innovation.

D'UN CONCOURS ETUDIANT  A UNE STARTUP PRESENTE DANS PLUSIEURS PAYS D'AFRIQUE

Esaie LUPEPELE, CEO de Eteyelo services, nous révèle que Eteyelo a été pensé, à l'origine pour  participer à Imaginecup 2009, un concours Microsoft pour Etudiant auquel il a participé en tant qu'étudiant en Mathématiques et informatiques de l’université de Kinshasa.

Le concours ayant pour thème « imaginer un monde où la technologie nous aide à répondre aux enjeux les plus cruciaux de notre société », lui et son équipe ont présentés une solution pour garantir une éducation scolaire de qualité à tous, convaincu qu'il s'agit de la meilleure façon de résoudre beaucoup des problèmes. "Il s'agit d'un moyen efficace pour lutter contre la pauvreté", nous dit-il.

Aujourd'hui, Eteyelo Services SARL est spécialisée dans la conception, la création et l'industrialisation d'outils digitaux pour l'éducation. "Nous proposons un environnement de travail et d'apprentissage numérique intégrant un système de messagerie accessible à l'ensemble du personnel des établissements scolaires, élèves et aux parents d'élèves via le web, USSD/SMS et application mobile. Les parents ont accès aux données scolaires de leurs enfants et peuvent utiliser le Mobile Money comme moyen de paiement des frais de scolarité".

"La plate forme est lancée depuis 2016, nous avons une dizaine d’écoles à Kinshasa, Brazzaville et  Meknès au Maroc. Celle-ci est développée essentiellement par des Jeunes Congolais, la plus part anciens de l’UNIKIN". 

L'EXPERIENCE VIVATECH

Ayant participé  à VivaTech dans le cadre du Laboratoire Orange, après avoir été sélectionné à l'issue du  challenge orange sur l’accès aux services mobiles pour l’Afrique et le Moyen-Orient; Esaie LUPEPELE partage avec julisha son expérience à Vivatech 2018.

EteyeloJulisha: Vous êtes la seule startup congolaise disposant d'un stand d'exposant à ce grand événement mondial, qui a pourtant mis un accent particulier sur l'Afrique cette année. Qu'est-ce que cela vous fait? 

Esai Lupepele: Avant tout, c’est une fierté et un privilège aux regards des opportunités autour d’un tel forum. Dommage qu’il y pas eu une implication des autorités de la RDC pour faciliter la participation de nos startups. Au contraire, la fermeture de la maison Schengen par le gouvernement bloque l’accès au visa, même notre équipe est victime de cette décision car seule une personne de notre équipe a pu avoir le visa via Kigali, pourtant nous devrions constituer une délégation de quatre personnes.  Dans un événement pareil, laisser une seule personne défendre les activités de sa startup est une mission très difficile.

Julisha: En y participant, vous avez eu  l'occasion de voir ce qui se fait sous d'autres cieux en matière d'innovation technologique et de startup, plus particulièrement ce qui se fait dans d'autres pays Africains. Quel constat faites-vous par rapport à ce qui se fait en RDC, d'où vous venez ?

E. L: Il y a une prise de conscience sur l’importance et les opportunités autour des nouvelles technologies. Par conséquent, beaucoup des moyens sont mobilisés pour accompagner leur développement. Pourtant, ce n’est pas encore le cas, non seulement chez nous en RDC mais aussi dans la plus part des pays Africains.

Julisha: Quel mot pouvez vous adresser à tous ces entrepreneurs et porteurs des projets congolais, qui chaque jour se battent pour lancer et faire vivre leurs startups sans forcement compter sur les pouvoirs publics ou une quelconque structure ?

E.L : Il y a pas de place pour le découragement dans l’entrepreneuriat. Nous dévons nous adapter et nous souvenir que nous avons neufs  pays voisins. 




Commentaires

Laisser un commentaire

Se connécter pour commenter

Commentaires Récent

"Bien dit!"

comment
Lionel 1 mois,

"comment integre le groupe de t"

comment
kalombo 1 mois, 3 semaines,

"C'est une première en Rdc et f"

comment
andy 3 mois, 1 semaine,

Search